Press "Enter" to skip to content

Le cas Microtecnica

Le sommet intergouvernemental italo-allemand de cet après-midi à Berlin, avec la participation de la Première ministre italienne Giorgia Meloni et du chancelier allemand Olaf Scholz, est un moment clé dans les relations entre l’Allemagne et l’Italie. Ce sommet, qui inclut les ministres des Affaires étrangères, de l’Économie, de l’Intérieur, de la Défense, du Travail et de la Recherche, est prévu pour discuter de sujets importants et marque un point de tournant dans les relations politiques entre les deux pays.Cet événement survient dans un contexte tendu suite à un incident diplomatique sur l’axe Paris-Rome. Le gouvernement italien a utilisé son “pouvoir doré” pour bloquer l’acquisition de Microtecnica, une entreprise italienne, par le géant français de la défense et de l’aérospatial, Safran. Safran avait précédemment acquis RTX, une société américaine qui comprend Microtecnica, engagée dans la défense et propriétaire des activités italiennes de Collins Aerospace, une filiale de RTX. L’Italie considère la vente de Microtecnica à Safran comme une “menace exceptionnelle pour la sécurité nationale”, principalement parce que Safran est le fournisseur du Rafale, un concurrent français de l’Eurofighter.La Tribune, un journal français, a largement couvert cette affaire. Olivier Andriès, directeur général de Safran, a exprimé que cette décision résulte de consultations étroites entre l’Allemagne et l’Italie. Selon Andriès, il s’agit d’une opération coordonnée entre Berlin et Rome, sans dialogue préalable avec Safran, ce qui aurait permis de rassurer les gouvernements allemand et italien ou de proposer des mesures pour les apaiser.Andriès souligne l’incompatibilité perçue entre la participation au programme Rafale et l’Eurofighter. Il trouve paradoxal que la propriété américaine de Microtecnica par Collins Aerospace ne dérange ni l’Italie ni l’Allemagne, alors que Safran, un groupe français et européen, est considéré comme une menace. Collins Aerospace est un partenaire majeur du programme F35, un concurrent de l’avion européen, et Safran est également partenaire du programme Eurofighter et fournisseur de Leonardo.Cette situation est vue comme un signal négatif pour la coopération européenne en matière de défense, suggérant la création d’un bloc italo-allemand en opposition à la France. Cet incident indique une divergence d’objectifs politiques entre l’Italie, l’Allemagne et la France, particulièrement dans un contexte où l’Europe fait face à des défis majeurs, tels que le conflit en Ukraine.L’incident de Microtecnica suggère un changement de cap, où l’Italie et l’Allemagne poursuivent des objectifs non partagés par la France, qui est soit exclue, soit s’est auto-exclue en raison d’un déficit de fiabilité. Ce désaccord en matière de défense signale une divergence d’opinions sur des questions clés, telles que le soutien à l’Ukraine face à l’agression russe et la diminution du soutien américain.L’Italie et l’Allemagne connaissent une phase de déclin industriel et économique, principalement due à l’explosion des coûts énergétiques. Ce sommet italo-allemand et les tensions sous-jacentes avec la France soulignent les défis auxquels l’Europe est confrontée en termes de coopération et d’unité dans le secteur de la défens

Be First to Comment

    Lascia un commento

    Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

    Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.

    Mission News Theme by Compete Themes.