Press "Enter" to skip to content

EGYPTE. AL-SISI RÉÉLU : CRISE ÉCONOMIQUE ET SITUATION RÉGIONALE LES DÉFIS

Le président égyptien Abd al-Fattah al-Sissi, récemment réélu jusqu’en 2029 avec une écrasante majorité de 89,6% des voix, dirige un Égypte situé dans une position stratégique. Il est frontalier avec Israël, Gaza, le Soudan et la Libye et contrôle le vital canal de Suez et la péninsule du Sinaï. Durant sa décennie au pouvoir, al-Sissi s’est imposé comme une figure clé pour la stabilité régionale au Moyen-Orient et en Méditerranée orientale, malgré les critiques concernant les questions des droits de l’homme et de la société civile égyptienne.
L’Égypte traverse la pire crise économique de son histoire moderne, caractérisée par une forte inflation et une importante dépréciation de sa monnaie locale. Face à des tensions socio-économiques croissantes, le gouvernement a avancé les élections présidentielles, initialement prévues pour le printemps 2024.
Le conflit entre le Hamas et Israël a déplacé l’attention publique égyptienne des problèmes internes vers les problèmes régionaux, aidant al-Sissi à maintenir le soutien populaire. Le Caire a démontré son engagement dans la cause palestinienne à travers divers gestes, y compris la gestion du point de passage de Rafah, essentiel pour l’aide humanitaire à Gaza. Ces événements ont renforcé la position du gouvernement égyptien comme médiateur clé dans le conflit israélo-palestinien et ont accru son poids dans les relations internationales.
Le président américain Joe Biden a loué al-Sissi pour son rôle dans la facilitation de l’aide à Gaza. Même dans le contexte des négociations internationales pour un cessez-le-feu et l’échange de prisonniers entre le Hamas et Israël, l’Égypte a joué un rôle central. Cela inclut la participation aux négociations à Doha avec les représentants d’Israël, des États-Unis et du Qatar.
L’Égypte d’al-Sissi, grâce à sa position géographique, joue également un rôle crucial dans les eaux de la mer Rouge, théâtre de tensions et d’attaques, et dans le contexte des dynamiques géopolitiques impliquant l’Iran, la Russie, l’Arabie saoudite et les États-Unis. Le contrôle du canal de Suez et du Sinaï positionne l’Égypte comme un acteur indispensable dans le maintien ouvert des canaux de communication maritime entre la Méditerranée et l’océan Indien.
En outre, l’Égypte joue un rôle de premier plan dans les affaires internes de la Libye et du Soudan, cherchant à influencer les équilibres et à maintenir son influence dans la région. Cela en fait un interlocuteur fondamental pour toutes les entités qui soutiennent les gouvernements de Tripoli et de Khartoum.
Malgré sa difficile situation économique, l’Égypte a obtenu le soutien du Fonds monétaire international pour un paquet d’aide de cinq milliards de dollars et des promesses de fonds supplémentaires de l’Union européenne. Ce soutien international suggère que la question des violations des droits de l’homme en Égypte pourrait rester en arrière-plan par rapport aux intérêts géopolitiques.
Al-Sissi continue de garantir le statu quo, gérant la crise humanitaire à Gaza mais refusant la déportation massive des Palestiniens en Égypte. Sa direction est vue comme cruciale dans le délicat équilibre politique et administratif de la bande de Gaza, positionnant Le Caire comme un intermédiaire clé entre la communauté occidentale et le territoire palestinien.

Be First to Comment

    Lascia un commento

    Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

    Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.

    Mission News Theme by Compete Themes.